25 mars 2016Différences, avantages inconvénients, impression offset et impression numérique.

 

Dès la création de Réflexiel en 1993, nous avons pensé Service Global en vous proposant des offres complémentaires à notre activité première de routage de courriers.
Ainsi en amont l’impression de tous types de documents qu’ils soient liés au courrier ou non.

En fonction de vos demandes,  nous mettons en avant telle ou telle technique que nous pensons la plus adaptée. Cependant, la tendance grâce à la technologie est de plus en plus orientée numérique qui à terme devrait être 100% jet d’encre.

Pour vous aider à y voir plus clair, le sujet étant extrêmement vaste, quelques explications limitées au cadre de notre métier.

 

L’impression offset

Définition : Larousse

Procédé d’impression dit à plat, les éléments imprimants et non imprimants étant sur le même plan. (Le procédé offset utilise l’antagonisme entre l’eau et l’encre pour réaliser le report des parties encrées sur le papier.)

 

Illustration  Blog offset-numérique

Presse offset

 

L’offset est issu de la lithographie et de la métallographie. Entre 1860 et 1880, divers imprimeurs français utilisèrent le principe du double décalque pour imprimer sur fer-blanc, mais ce n’est qu’en 1904 que l’Américain I. W. Rubel exploita ce procédé industriellement. On obtient les formes d’impression, généralement des plaques de zinc ou d’aluminium, par report photomécanique des éléments imprimants ; actuellement, elles sont livrées présensibilisées aux imprimeurs, qui peuvent les utiliser directement, sans traitement préalable, pour la copie. Les éléments imprimants sont regroupés par un montage de films négatifs ou positifs des textes et des illustrations. Le principe de la copie réside dans l’exposition sous une source lumineuse qui modifie les caractéristiques de la couche photosensible située sous les parties transparentes des films. Un traitement approprié permet le transfert des éléments imprimants du montage sur la forme imprimante.

Sur la presse offset, la plaque est fixée autour d’un cylindre. Sa surface est d’abord humidifiée par un dispositif de mouillage, puis encrée par les rouleaux encreurs. Elle décalque l’encre des régions imprimantes sur une toile caoutchoutée (le blanchet), enroulée sur un cylindre, qui, à son tour, reporte l’impression sur le papier.

L’offset est le procédé d’impression le plus utilisé : environ 80 % du marché. Les presses offset fonctionnent soit de façon discontinue (machines à feuilles), soit en continu (machines dites rotatives).

 

Une rotative en continu aura en entrée une bobine de papier et en sortie soit une bobine soit des paravents en continu. Ces éléments de sortie seront ensuite personnalisés d’éléments variables sur une imprimante en continu. Une rotative feuille aura en entrée une bobine de papier et en sortie le produit quasi fini ou fini, comme un journal ou une brochure par exemple. 

En résumé, nous pouvons parler d’une technologie à impact, la forme imprimante est réalisée une fois, sur une plaque offset ou un cliché flexo par exemple, calée sur une presse,
et reproduite des milliers ou des millions de fois sur le papier.

Inconvénients

  • Pour une personne non avertie la somme de connaissances pour appréhender la chaîne offset : réalisation du fichier PAO qui doit par exemple être en CMJN et non pas en RVB et autres détails, l’adéquation entre ce qu’il faut imprimer (caractéristiques et volumétrie) et le format de la presse, les possibilités/subtilités de calage, le façonnage, etc…
  • La contrainte des formats. A chaque format de document correspond un format ou un type machine. Les imprimeurs, compte tenu des coûts d’acquisition des machines, sont donc contraints de se limiter à des formats et à des types machines. Par exemple offset feuilles en 50 x 74 ou en 70 x 102, 1 groupe couleur ou 2 ou 4, avec ou non un groupe additionnel pour le vernis machine. Ou plus de groupes, en retiration… Pour les types, offset feuille, rotative feuille, rotative en continu, chaque type ayant ses spécificités…
  • Délais de mis en œuvre
  • Frais de calage
  • Perte papier d’au moins 300 feuilles à chaque calage
  • Aucune possibilité de personnalisation, impression d’un document unique en n exemplaires.

Avantages

  • Dès lors qu’il n’y a pas de personnalisation, c’est le système le plus économique en cas de volume.
  • En offset feuille, la qualité d’impression suivant les travaux à réaliser peut rester supérieure. Notion de trame, de Gamut, réglage du débit d’encre au calage et en cours de tirage, de la finesse du point d’encre. A noter que les labos de recherche avancent sur la nano-encre, c’est un des points majeurs à terme dans la concurrence offset/numérique au profit de cette dernière.
  • Qualité des aplats
  • La qualité d’impression reste supérieure également car l’impression offset utilise des encres qui sont préparées en amont de l’impression.
    Il y les couleurs primaires CMJN (cyan, magenta, jaune, noir) et les couleurs additionnelles pures de Pantone en tons directs ainsi que des encres spéciales comme métalliques, invisibles, odorantes, grattables, etc… Une imprimante numérique est incapable de générer un Pantone car elle ne sait pas travailler autrement que sur ses couleurs primaires seules ou en les mélangeant.
  • Vernis acrylique de protection en ligne et vernis UV total ou sélectif pour mettre en valeur vos présentations
  • Les types, formats et grammage papier. Plus de choix de papier, des formats plus grands, des grammages plus petits ou plus grands, il n’y a quasiment pas de restrictions.

 

L’impression numérique

Les procédés d’impression numérique sont une évolution naturelle de l’imprimerie. Après la « première révolution » de l’imprimerie (à la Révolution industrielle au XIXesiècle, avec l’invention de la linotype), il s’agit de « deuxième révolution », directement liée à l’essor de l‘informatique personnelle et du numérique à partir de 1980.

Les procédés utilisés incluent : le jet d’encre (jet continu ou jet à la sauce demande), l’électrophotographie ou xérographie, la magnétographie, l’ionographie, l’elcographie, et la thermographie.

Vu les différents procédés, nous résumerons ainsi, technologie sans impact, la forme imprimante est un ensemble de points susceptibles de varier d’une page à une autre, envoyés depuis l’ordinateur en flux continu directement au système d’impression.

Ces points sont alors traduits en impulsions électriques et dépôts de toner ou en gouttelettes d’encre sur le papier.

Inconvénients

  • Si son utilisation semble simple en apparence, j’incorpore un fichier je clic et j’imprime, elle ne l’est pas vraiment si l’on veut effectuer une impression de qualité. Cette simplicité apparente pour vous clients peut être la source de désappointements comme par exemple ce que je vois à l’écran est ce qui va être imprimé. Hors les écrans utilisateurs ne sont pas calibrés. De même en fonction du fichier, du rip, du papier, du toner, du système de fixation, de la chaleur du four et d’un ensemble de paramètres, les résultats seront très différents.
    Nous vous recommandons fortement en fonction de l’importance de votre document de vous déplacer au calage, à défaut de bien vous entendre sur l’orientation colorimétrique avec votre imprimeur.
  • La contrainte papier. A ce jour, en dehors des systèmes jet d’encre bobine bobine, la majorité des imprimantes feuilles est limitée au format 32×45.
    Le choix des papiers se résume essentiellement entre offset, offset numérique, couché ½ mat, mat et brillant et sur des grammages compris entre 80 et 300g. Les papiers de création sont à tester.
  • Le recto verso est moins précis, il est par contre automatique
  • La quadrichromie est obtenue par le mélange des 4 couleurs primaires Cyan Magenta, Jaune, Noir. Aucune possibilité pour l’instant de couleurs Pantone direct, en fonction du papier, on recherche la meilleure équivalence d’un Pantone, mais toujours en mélangeant les couleurs primaires. Pas d’encre spéciale excepté l’apparition d’une encre blanche mais qui n’est pas très couvrante et d’un coût très élevé.
    Pas ou peu de vernis en ligne. Quand il existe, sélectif possible et d’un coût élevé.

Avantages

  • Mise en œuvre rapide, concept Print On Demand (POD) j’imprime ce que je veux quand je veux. Pas de gâche, pas de stock, contribution au développement durable.
    Vous pouvez disposer dans la journée des documents imprimés souhaités.
  • Economique pour les courts et moyens tirages, voire pour les longs tirages avec les systèmes jet d’encre bobine bobine.
  • Qualité générale de l’impression en fonction des cas, égale ou supérieure à l’offset.
  • Personnalisation à outrance. Le système étant géré en informatique, chaque point peut devenir une variable de personnalisation.
    En plus des variables traditionnelles dans les textes pratiquées avec les imprimantes laser noir et blanc, vous pouvez générer en variables toutes images et même personnaliser à l’intérieur de l’image.